Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 12:25

C’est une fois encore la concurrence acharnée pour le contrôle du marché Transmanche qui a motivé la non reconduction du contrat initialement passé entre le groupe Eurotunnel et la Scop Seafrance. Cette fois, par un renversement d’alliance Jacques Gounon a rompu les engagements qui liaient son groupe à la coopérative en louant ses navires au concurrent d’hier, la compagnie danoise DFDS.

Qui pensait sérieusement que l’union nouée entre le Syndicat Maritime Nord, exclu de la CFDT et le groupe Eurotunnel résisterait aux échéances fixées par l’accord ? En août 2013, convaincus du contraire nous écrivions : “ Lors de ces derniers mois, les marins de Seafrance ont démontré une réelle détermination dans la lutte, tant à l’encontre de leur ancienne direction que contre l’appareil de la CFDT. Ils ont par ailleurs résisté sans fléchir à l’une des pires campagnes de dénigrement orchestrée par les médias à l’encontre de travailleurs en lutte. Nous aimerions imaginer qu’ils pourront à l’avenir se consacrer exclusivement à l’élaboration de nouvelles manières de penser et vivre leur activité. En réalité, nous croyons qu’à terme ils seront appelés à reprendre le chemin de la lutte, tout comme leurs camarades des autres compagnies condamnés, comme eux, à subir la guerre que se livrent sur la Manche les patrons du secteur ...”(1). Force est de reconnaître que deux ans plus tard, le conflit est de nouveau à l’ordre du jour.

Fin de partie pour la Scop Seafrance ?  Mythe et limites d’une expérience coopérative

Le trafic Transmanche à l’heure de la métropolisation.

 

Pour le patron d’Eurotunnel, ce serait la guérilla juridique que lui mènent de concert l’autorité britannique de la concurrence (CMA), et son rival DFDS qui le contraint à jeter l’éponge. Accusé de position dominante sur le marché Transmanche, il s’est vu interdire l’accès du port de Douvres à ses navires. Depuis, la cour d’appel de Londres a annulé cette décision et les ferries de la compagnie My Ferry Link circulent à nouveau. Il est avéré que le groupe franco-anglais a acquis une position dominante sur le marché mais c’est pour lui la condition indispensable afin de rester maître du jeu et de redistribuer les cartes au gré de la conjoncture. Un rang à tenir qui peut occasionnellement se payer de quelques escarmouche en justice.

En réalité, la raison de la rupture est d’un autre ordre. Elle repose sur les intérêts qui opposent le groupe Eurotunnel à la région Nord-Pas-de-Calais et depuis peu à la Scop Seafrance. Sur la Côte d’Opale, comme partout ailleurs sur le territoire, affleurent de grands projets d’aménagement portés, ici, par les initiateurs d’un “Pôle de Métropolisation du Littoral”. A sa tête on retrouve le Conseil régional aux mains du Parti Socialiste qui travaille à fusionner les deux ports de Boulogne-sur-mer et Calais au sein d’une seule entité pilotée par une société anonyme dans le cadre d’une délégation de service public. Tablant sur une croissance de 40 % du trafic Transmanche pour les quinze ans à venir, un plan de grands travaux prépare une extension assez spectaculaire de l’actuel port de Calais(2) afin de doubler sa capacité. Ironie de l’histoire, le groupe Eurotunnel, qui, de “grand projet” qu’il fut baptisé en son temps, se voit aujourd’hui disputé son titre et sa place et décide à son tour de saisir les tribunaux pour dénoncer une entreprise menaçante et par trop subventionnée ... Au milieu de cet imbroglio juridico-financier, Jacques Gounon se devait d’envoyer des signaux rassurants à ses actionnaires au moment où, de son côté,  la direction de la Scop  rendait public ses projets pour l’avenir.

 

Du syndicalisme à un patronat sous label coopératif

 

Le mariage d’intérêt célébré entre les ex de la CFDT et Eurotunnel offrait l’avantage aux marins de sauvegarder pour un temps leurs emplois ainsi qu’un cadre collectif de lutte, ce qui, avouons - le, n’est pas rien dans une région comme le Calaisis. Elle avait par contre le défaut de placer la scop dans la position inconfortable d’un sous-traitant assujetti au desiderata du groupe ferroviaire sur un marché très concurrentiel. Et contrairement à ce que certains pensent encore, le coopérativisme ne préserve en rien des rapports marchands et sociaux qu’impose la logique capitaliste. S’imaginant sans doute s’émanciper de cette tutelle, le promoteur puis président du conseil de surveillance de la Scop, Didier Capelle, caressait depuis peu le projet de bâtir une société d'économie mixte (SEM) adossée à certaines collectivités locales qui auraient reçu le soutient et l’engagement financier de la région pour le rachat des trois ferries sur lesquels naviguaient les anciens de Seafrance. Une solution qui mettait au mieux Eurotunnel devant l’obligation d’accepter d’être actionnaire minoritaire, au pire de revendre ses parts. Se rêvant sans doute à la tête de sa propre entreprise, l’ex patron du Syndicat Maritime Nord informa le PDG d’Eurotunnel de son dessein, non sans avoir préalablement révoqué de la scop l’un de ses proches. La réaction de Jacques Gounon fut immédiate et sans appel, il loua les bateaux à une société concurrente et la coopérative se retrouva placée en redressement judiciaire.

 

 

Fin de partie pour la Scop Seafrance ?  Mythe et limites d’une expérience coopérative

Hiérarchie et lutte de Scop

 

Il n’en fallut pas d’avantage pour que les divisions hiérarchiques s’exacerbent et mettent à leur tour en crise la coopérative Seafrance. Une fraction des salariés, c’est à dire la totalité des cadres, les commandants et les officiers s’est alors rangée auprès du directoire de la scop proche du patron d’Eurotunnel. Sous la tutelle du syndicat FO ils ont décidé de créer une nouvelle Scop afin de solliciter la bienveillance de Jacques Gounon après qu’il ait déclaré poursuivre une activité de transport maritime avec un seul navire au lieu de trois. Cette scission de l’encadrement d’avec la base des marins démontre, s’il le fallait encore, que non seulement la hiérarchie perdure au sein d’une Scop, mais qu’en cas de difficulté, une lutte sans fard s’y déclare entre les différents échelons de la main d’oeuvre comme dans n’importe quelle autre entreprise capitaliste.

 

 

Fin de partie pour la Scop Seafrance ?  Mythe et limites d’une expérience coopérative

Et maintenant ?

 

Au delà des démêlées juridiques sur le devenir fortement compromis de la scop, deux questions essentielles se posent dorénavant aux marins. La première, dans l’hypothèse probable où la coopérative disparaît, la loi prévoit que les sociétaires perdent la totalité de leur apport initial, soit dans le cas présent plusieurs milliers d’euros qui provenaient des indemnités de licenciement versées après la disparitions de la filiale de la SNCF. Hors, Eurotunnel avoue avoir engrangé des profits dans cette affaire, le groupe compte-t-il en restituer une partie aux salariés ? Il est permis d’en douter. Par ailleurs, se révèle au travers de cet exemple de la scop Seafrance toute l’ambiguïté du statut de sociétaire, qui entremêle les conditions du salariat à une forme de participation et d’association au capital qui entretient la fable d’un capitalisme différent, plus équitable.

Le deuxième point, concerne la disparition du registre sous lequel travaillent encore les marins de la scop, celui du pavillon français. Celui-ci disparaîtra de la surface de la Manche si la faillite de la coopérative est actée. Ce qui signifie dans le cas où ces marins se retrouvent à embarquer pour une des compagnies de ferries concurrentes de devoir accepter des conditions de travail, de navigation et de rémunération autrement plus défavorables. La défense des conventions de travail afférentes à ce registre est un des points cruciaux de la partie qui se joue actuellement. C’est un des leviers qu’il s’agirait d’actionner auprès des marins des autres compagnies, en réclamant son application à l’ensemble des navires qui circulent entre la France et l’Angleterre, dans un premier temps. C’est cette solidarité affirmée dans le cadre de la lutte qui pourrait ouvrir des brèches dans le front uni qui veut la peau de la scop. Dans le cas contraire, la défense du pavillon français apparaîtra comme un combat d’arrière garde aux relents corporatistes et patriotards assez nauséabonds.

Pour le moment les marins se réunissent régulièrement en assemblée générale sur le Rodin afin de préparer les actions : entrave au débarquement de navires du concurrents DFDS, blocage du port, de l’autoroute A 16 et enfin du Tunnel sous la Manche. Ils ont reçu le soutien d’une partie du personnel de la CCI Côte d’Opale qui s’est également mis en grève. A suivre ...

 

 

                                                                                 Boulogne-sur-mer, le 27/06/2015.

 

---------------------------------------------------------------------------------------

 

Encadré : La nature du contrat établi entre la Scop et Eurotunnel.

 

La scop Seafrance emploie 600 salariés dont 370 travaillent en CDI sur trois navires et 106 à quai du côté français, les autre embauchent en CDD, enfin quelques dizaines sont des travailleurs britanniques. Concrètement le donneur d’ordre achetait les traversées à la Scop, il encaissait le chiffre d’affaire du transports, du fret et des véhicules de tourisme tandis que la Scop recevait le bénéfice des ventes à bord. Mais au final, c’était Eurotunnel qui garantissait l’équilibre financier de ce marchandage. Selon les critères de gestion capitaliste, l’entreprise apparaissait rentable avec un chiffre d’affaire en hausse de 25 % et un équilibre financier proche d’être atteint avant les délais établis. 

 

---------------------------------------------------------------------------------------

 

(1) in : “La scop : tentative de réappropriation collective ou nouvelles formes de dépossession des travailleurs. Seafrance/My Ferry Link”. http://lamouetteenragee.over-blog.com/article-la-scop-tentative-de-reappropriation-collective-ou-nouvelles-formes-de-depossession-des-travailleu-121247749.html. Sur le début de la lutte également consulter : http://lamouetteenragee.over-blog.com/article-la-liquidation-de-sea-france-ou-le-grand-bal-des-faux-culs-97582371.html

(2) Calais est actuellement le premier port français et le deuxième port européen de voyageurs. Il accueille chaque année plus de 10 millions de passagers. Pour une présentation du projet “Calais Port 2015” : http://www.nordpasdecalais.fr/upload/docs/application/pdf/2014-07/a5_port_francais.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by La Mouette Enragée - dans Ouvre boîte
commenter cet article

commentaires

La Mouette Enragée

  • : La Mouette Enragée
  • La Mouette Enragée
  • : Ce blog est issu d'un groupe de militants originaires de Boulogne sur mer (62) qui se réclament du communisme libertaire. A l'origine, la Mouette Enragée est un journal local qui relaye les luttes politiques mais aussi propose des analyses sur des luttes sociales ou des problématiques locales. Avec ce blog, nous proposons de partager nos réflexions passées et présentes pour ainsi mieux envisager les perspectives de lutte efficace et organisée par la base, c'est à dire les travailleurs eux-mêmes
  • Contact

Contacts

La Mouette Enragée - BP 403 - 62206 Boulogne sur mer Cedex

ou

lamouette.enragee@wanadoo.fr

Recherche

Qui sommes nous ?

 

Nous nous définissons comme Communistes-Anarchistes parce que:

 

- Nous rejetons tous les systèmes économiques, toutes les institutions politiques, étatiques ou privées qui se fondent sur l'exploitation de l'homme par l'homme, sur l'autorité et la hiérarchie.

- Nous avons toujours lutté, à la fois contre toutes les formes de Capitalisme d’État qui se dissimulaient ou se dissimulent encore sous les noms de Marxisme-Léninisme, Bolchevisme, Stalinisme, Etats-ouviers, etc... , et contre les Capitalismes Libéraux avec leur cortège de gaspillage et de consommation effrénés. Il s'agit pour nous, des deux faces de la même médaille.

- Nous considérons que, partout dans le monde, les inégalités sociales, la loi du profit et du plus fort conduisent à une société de plus en plus déséquilibrée, polluée, inhumaine et sont directement responsables du racisme, du crétinisme passif, de la corruption financière et politique.

- Nous sommes pour l'auto-organisation sur une base de classe , des travailleurs, des habitants, des consommateurs dans les formes qu'il leur convient de se donner, pourvu qu'elles ne reproduisent pas, comme les mafias politiques de Droite comme de Gauche ou les bureaucraties syndicales, les tares que nous dénonçons plus haut.

- Nous sommes pour une Démocratie Directe qui correspondrait aux besoins authentiques des individus sans distinction de sexe ou de nationalité, et non plus au profit des marchands et des publicitaires, des bureaucrates et des notables.

- Nous pensons que le capitalisme ne s’ effondrera pas de lui même et qu’une révolution sociale et mondiale demeure la condition indispensable de son dépassement.

- Nous pensons que c’est au cœur même des luttes et des mouvements sociaux que s’élaborent les formes nouvelles de rapports sociaux et donc que c’est au sein de ces mouvements qu’il faut lutter.

- Nous n'appelons donc personne à nous "suivre'' aveuglément, et ne recherchons aucun pouvoir pour nous mêmes, mais souhaitons œuvrer avec tous ceux et toutes celles qui veulent changer radicalement cette société en prenant dès aujourd'hui leur destinée en main.

Fortunes de mer

 

Clich- 2010-06-10 22-02-51

           Disponible, en vente

(contactez directement la Mouette)