Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 09:17

 

     L’Espagne a connu à la fin du printemps et durant l'été 2012 un important conflit dans les bassins miniers du Nord du pays. La Mouette enragée a montré sa solidarité avec cette grève en organisant des distributions de tracts entre autres lors d'un concert d'Higelin le 11 juillet, en déployant une banderole de solidarité à plusieurs reprises au dessus de l'autoroute A16 et surtout en suivant presque au jour le jour ce conflit sur notre blog. Sa durée (65 jours), sa violence, la solidarité des populations des bassins miniers, ont suscité notre intérêt. Cette grève est une des luttes les plus importantes en Europe depuis longtemps mais est-ce une lutte qui aurait pu entraîner d'autres secteurs dans une généralisation du conflit ?

 

b

Aux origines du conflit : les plans charbon.


    L'industrie du charbon en Espagne est moribonde2. En 1991, 45 212 mineurs extrayaient 19,32 millions de tonnes de charbon, aujourd'hui environ 4 000 mineurs extraient 8,5 millions de tonnes. 41 000 emplois ont donc déjà été perdus depuis 20 ans avec, c'est à noter, une hausse de la productivité (- 90% d'emplois pour – 57,5 % de production). Le charbon espagnol est par ailleurs de mauvaise qualité. On ne saurait donc être étonné que les importations prennent le dessus : sur les 6 premiers mois de l'année 2012 c'est 10,2 millions de tonnes qui ont été importées principalement de Colombie, Russie, États-Unis, Indonésie et... Afrique du Sud.

Le charbon est utilisé essentiellement pour la production électrique dont il reste la principale source avec 20-25 % de l'électricité espagnole produite à l'aide de charbon. Mais là encore, il y a perte de son poids : dans les années 1990 c'est 40 à 45 % de l'électricité espagnole qui était faite de combustion du charbon.

Cependant, ces 4 000 emplois directs en génèrent 30 000 indirects et font vivre environ 200 000 personnes dans les bassins miniers.

 

     Face à la mort de leur industrie, les mineurs se sont déjà à plusieurs reprises révoltés et cela a abouti à l'apparition de « Plans charbon ». En 1998, les mines connaissent un mois de grève qui donne le Plan Charbon 1998-2005 signé par le gouvernement du parti populaire d'Aznar. Nouvelle grève en 2005 et cette fois c'est le premier ministre socialiste Zapatero qui signe le Plan 2006-2012.

 

      C'est ce plan ou plutôt les modifications que souhaite y apporter le gouvernement du PP de Rajoy qui est l'objet de la contestation. Ce plan se nomme très exactement « plan national de réserve stratégique de charbon 2006-2012 et nouveau modèle de développement intégral et durable des bassins miniers ». On le devine à son seul nom, il n'est pas fait pour maintenir l'industrie d'extraction du charbon en Espagne. Dans son introduction le charbon est considéré seulement comme une réserve stratégique d'énergie. Surtout, ce plan annonce que le respect de l'environnement est désormais une priorité et de fait le charbon en tant qu'énergie non renouvelable est sujet aux restrictions de production des plans européens concernant ces énergies. Ce plan prévoit donc des réductions de production et d'emplois. Les chiffres annoncés sont d'une précision impressionnante : on passerait à 9,2 millions de tonnes de production fin 2012 dont 5 951 700 t dans les mines souterraines et 3 248 300 t dans les mines à ciel ouvert, le tout avec 437 mineurs à ciel ouvert et 4 865 mineurs de fonds soit un total de 5 302 travailleurs. On peut le voir, la situation réelle a largement dépassé les prévisions du plan charbon.

Face à ces réductions le plan met en place tout un système de subventions pour reconvertir les bassins miniers et en théorie favoriser leur développement ainsi que le maintien des jeunes sur place, le but étant de mettre fin à la mono-industrie de ces régions.

 

    Les aides se répartissent en plusieurs catégories : tout d'abord des subventions aux entreprises pour la production de charbon avec l'accord de l'Union européenne (301 M€ prévus en 2012), puis de l'aide à la construction d'infrastructures pour moderniser les bassins miniers et attirer d'autres entreprises (167 M€), 167 M€ prévus pour soutenir les projets de reconversion des mineurs et aider à l'implantation d'entreprises, 56 M€ pour la formation des ouvriers et pour des bourses d'étude pour leurs enfants enfin 12 M€ pour assurer la sécurité des installations minières. Le gouvernement Rajoy dans le cadre des plans d'austérité et de coupes budgétaires a décidé de tailler dans le vif : baisse à 111 M€ pour les aides à la production, 101,6 M€ pour les infrastructures, 39 M€ pour les reconversions, 2 M€ pour les bourses et 0 pour la sécurité des mines. Ce sont ces coupes budgétaires qui ont mis le feu aux poudres.


 

 

Chronologie des événements

 

Sans-titre.png

 

   Nous n'allons pas ici refaire un point détaillé des événements mais cette grève semble s'être déroulée en trois temps :


a. Du 23 mai au 18 juin : des débuts aux mains des mineurs


    La grève est lancée à l'appel des deux syndicats majoritaires du secteur : le SOMA-FITAG-UGT et la fédération de l'industrie des CCOO. Les deux centrales appellent à 4 jours de grève générale dans le secteur minier les 23-24 et 30-31 mai 2012. Malgré cet appel syndical, UGT et CCOO sont très vite débordés par la base. Les mineurs qui clairement n'ont plus rien à perdre ont déclenché une grève générale illimitée dès le 30 mai, le lendemain CCOO et UGT annoncent au gouvernement qu'ils vont hausser le ton ! Rapidement les deux syndicats se rendent à l'évidence, ils n'ont d'autres choix, poussés par la base, que d'appeler à cette grève générale illimitée qui a commencé sans eux. Pour preuve de la détermination des mineurs, dès le 23 mai, 8 d'entre eux se sont enfermés au fond d'un puits dans la province du Léon à Páramo del Sil (Pozo3 de Santa Cruz de la UMINSA4) avec cette déclaration loin d'être syndicale « si aucune solution n'est trouvée, nous ne sortirons du puits que les pieds devants » ! Dans les Asturies, 4 mineurs s'enferment dans le Pozo Santiago à Aller et 4 autres dans le Pozo Candín à Langreo, deux puits de la HUNOSA.

On le voit la détermination des mineurs est forte et pour agir ils n'attendent pas les syndicats, toujours dans un processus de négociation avec le gouvernement et la Carbunión, le syndicat patronal du charbon.


    Néanmoins le taux de syndicalisation des mineurs est extrêmement fort. Ainsi, si les mineurs prennent les décisions en AG ce sont bien des mineurs syndiqués qui agissent ce qui permet à l'UGT et aux CCOO de ne pas être totalement à l'écart. Ces derniers prennent une seule initiative d'ampleur : un appel à la grève générale dans tous les secteurs professionnels dans les bassins miniers le 18 juin.

 

   Cette période du 23 mai au 18 juin est celle qui nous a donné les images les plus spectaculaires du conflit avec des mineurs utilisant les mêmes moyens que les forces de répression pour lutter : boucliers, casques, charges et les spectaculaires lances-fusées. Surtout, c'est durant cette période que les barrages de routes sont les plus importants, les mineurs ne se contentent pas d'occuper leurs lieux habituels de production. Ainsi dès le 31 mai c'est plus de 300 routes et voies ferrées qui sont bloquées dans les Asturies. Un des moments cruciaux de cette lutte se déroule à partir du 3 juin, à cette date une grève illimitée est lancée dans les transports asturiens. Le 6 juin pendant que les mineurs bloquent les voies ferrées asturiennes, les chauffeurs routiers bloquent les routes et la province des Asturies est totalement isolée du reste du pays. Malheureusement, le conflit des transporteurs est arrêté le 8 juin suite à de longues négociations avec le patronat. Ce dernier ne pouvait évidemment laissé se poursuivre la convergence des luttes, les mineurs se retrouvent seuls à lutter. Il est à noter également que des membres du mouvements des Indignés du 15 mai participent aux actions, il y a jusqu'aux Anonymous qui vont pirater le site internet de la Carbunión.


 

b. Du 18 juin au 11 juillet : la Marche Noire et la reprise en main syndicale.

 

marcha negra madrid 2


    Le 18 juin est un tournant : les syndicats reprennent la main. A l'occasion de la grève générale dans les bassins miniers, les coupures de routes sont toujours aussi importantes et une manifestation de plus de 50 000 personnes a lieu dans les Asturies. Face à ce succès, les syndicats annoncent le départ d'une marche noire des mineurs vers Madrid. En partant de différents bassins miniers, une marche par étapes pour sensibiliser les populations doit rejoindre la capitale pour une grande manifestation nationale le 11 juillet. Cette marche est entièrement gérée par les syndicats UGT et CCOO et attire à elle une large couverture médiatique. Si cela a le mérite de forcer les Espagnols à prêter attention à ce conflit et permet d'importants témoignages de solidarité, cette marche cache la poursuite des affrontements entre mineurs et forces de l'ordre dans les bassins miniers. Bref elle cache le vrai mouvement. Surtout, cela redonne l'initiative aux deux centrales syndicales.

Cette marche est clairement un succès et les manifestations à son arrivée à Madrid furent d'une taille importante avec plus de 1 million de personnes le 11 juillet auxquelles s'ajoutent des manifestations régionales pour ceux qui n'ont pu se déplacer. Le but des syndicats étaient que cette marche n'arrive pas car le gouvernement aurait cédé avant. Or c'est même pire, en réponse à la mobilisation massive des madrilènes, Rajoy annonce un nouveau plan de rigueur avec hausse de la TVA, des impôts, baisse de salaire des fonctionnaires. 


 

                c) Du 11 juillet au 3 août : de l'isolement à la fin.

 

     L'arrivée de cette Marche Noire à Madrid est donc un paradoxe. Elle est à la fois l'apogée de la solidarité envers les mineurs avec ces manifestations de masse et la conclusion de ce mouvement avec la reprise en main syndicale. A partir du 11 juillet, les syndicats reprennent les négociations avec l'entrée en jeu de l'USO, syndicat minoritaire dans les mines du León. Ils recadrent les initiatives des mineurs et vont s'entre déchirer sur l'issue de la grève. Par ailleurs, aucun autre secteur d'activité ne prend le relais des mineurs, bref le 11 juillet est le début de l'isolement des mineurs.

 

 

   pozo candin 2 Évidemment durant cette période, les mineurs vont continuer à bloquer des routes, des voies ferrées, des entrées d'agglomération, des centrales thermiques. Mais les actions sont de moindre ampleur et ne sont plus quotidiennes. La lutte se recentre dans les bassins miniers et autour des puits. La répression également car les forces anti-émeutes entrent dans les centres villes pour arrêter et matraquer les mineurs en grève.

Le discours syndical change également : à partir du 19 juillet, le SOMA-UGT envisage d'abandonner la stratégie de coupures des routes ce qui provoque des tensions avec les CCOO. L'USO jette de l'huile sur le feu en accusant de corruption les autres syndicats et en poursuivant les négociations avec le gouvernement. Par ailleurs, les syndicats font pression sur les mineurs enfermés pour que ceux-ci abandonnent ce mode de lutte. Les mineurs enfermés depuis 50 jours remontent mais sont relayés par d'autres. Dans des communiqués de presse, les deux syndicats majoritaires s'excusent auprès de la population de la gène occasionnée par leur grève et souhaite le retour à des moyens de lutte plus traditionnels ! A partir du 29 juillet, les rumeurs de reprise du travail commencent à circuler et le 3 août les mineurs retournent au fond dans la défaite.

 

 

Les moyens d'action


    D'origine syndicale, le conflit a utilisé des moyens d'actions très traditionnels dans les grèves espagnoles. Évidemment, il y eut des manifestations dans différentes villes des régions minières mais aussi dans toute l'Espagne le 11 juillet lors de l'arrivée de la Marche Noire. Cette marche s'inscrit également dans la stratégie classique des syndicats. En effet, dans les conflits miniers les syndicats ont toujours organisé des marches des centres d'extraction vers les capitales provinciales et ce fut aussi le cas lors de ce conflit. Par ailleurs, la marche noire s'inscrit dans une logique nationale d'organisation de Marches de protestation vers la capitale madrilène : ainsi peu de temps avant le conflit minier les enseignants organisèrent une Marche Verte et à la fin du conflit c'est une Marche des précaires et chômeurs qui est arrivée à Madrid. Des réunions publiques d'information furent organisées à travers l'Espagne, certaines mairies furent occupées par les mineurs et après la Marche Noire certains campèrent devant des sites touristiques tel le musée du Prado pour informer la population.

 

    A côté de cela les mineurs ont mis en œuvre un véritable rapport de force dans leurs bassins miniers. Tout d'abord, ils occupèrent durant tout le mouvement les sites d'extraction. Certains se sont enfermés au fond du puits, là encore cela s'était déjà produit par le passé mais pas aussi longtemps, ni avec autant d'ouvriers. A un moment de la grève près de 40 mineurs furent au fond des puits en Asturies et León, certains restant 50 jours au fond avant de sortir sous la pression syndicale. D'autres bloquaient les accès au site avec barrages de wagons rempli de bois et pneus prêts à être enflammés. Évidemment, les mineurs ont également isolé régulièrement leurs villes et provinces en coupant routes et autoroutes ainsi que les voies ferrées. Tous les moyens étaient bons : troncs d'arbres, rails, pneus, pierres, panneaux de signalisation, wagonnets d'extraction de charbon... Cela était clairement auto-organisé sans aucun contrôle syndical, bref, les mineurs ont pris en main leur grève. Par ailleurs, ils ont su inverser le rapport de force sur le terrain contre les forces anti-émeutes. Les mineurs ont fabriqué les mêmes armes que les policiers et ont utilisé les mêmes tactiques. La violence des affrontements fut telle que les syndicats de policiers se sont plein de leurs conditions de travail dans les bassins face à ces mineurs. Il est quand même plus facile de réprimer des Indignadospacifistes et qui ouvrent les bras pour se faire matraquer que des mineurs qui appliquent la stratégie policière pour occuper leur territoire et sauver leur peau.

 

     On ne peut passer sous silence le rôle des femmes des mineurs dans cette grève. On les retrouve peu sur les piquets mais on les voit sur les carreaux de mines en soutien aux enfermés. On les retrouve dans toutes les manifestations et marches organisées. Surtout, ce sont les femmes qui ont servi de relais lors des protestations au Parlement espagnol. A chaque fois que la question du conflit minier était évoquée à l'Assemblée espagnole, elles étaient dans le public pour manifester leur mécontentement. Surtout, après la Marche noire lorsqu'on sentait les mineurs découragés, elles organisèrent des manifestations et surtout bloquèrent le port de Gijón en raison de la présence de réserve de charbon importé d'Amérique latine par Goldman Sachs pour éviter qu'il ne rejoigne des centrales thermiques.

 

manif-femmes.png

 

    Cette « violence » du conflit est très logique : les mineurs et leur famille se trouvent ici face à une logique de destruction économique de leurs provinces. Il ne s'agit pas seulement de perdre un emploi, c'est toute la vie qui s'éteint sans les mines. Nombre des bassins miniers ne vivent encore que de la mine malgré les « plans charbon » censés les restructurer. Quel avenir pour les jeunes ? Pourquoi rester dans un territoire qui n'offre plus rien ? Bref, ils n'avaient plus rien à perdre. Malheureusement, ils n'ont pas réussi à amener cette lutte contre le capital et sa logique d'exploitation des populations ailleurs que leurs bassins miniers. Ainsi la tentative de poursuivre le combat autour des ministères à la fin de la manifestation madrilène du 11 juillet de certains mineurs et manifestants a échoué très rapidement, faute de soutien.

 

 

Entre solidarité et isolement

 

    C'est un des problèmes de cette grève, le manque global de soutien. On ne peut nier une forte solidarité dans les bassins miniers eux-mêmes. Entre mineurs cela va de soi : dans un métier pénible la solidarité est normale, les mineurs faisaient grève avec leurs camarades d'équipe de travail. La population, bref les familles des mineurs n'ont pas cessé de soutenir les mineurs. Même les commerçants qui furent remerciés par des mineurs remontant de leur enfermement. Les municipalités soutinrent également le mouvement en particulier les administrations tenues par le PSOE qui jouaient là une carte politique. Dans les bassins miniers tout le monde joue sa survie ce qui a permis aux mineurs de bénéficier de ce soutien. Pendant la Marche noire, les mineurs ont bénéficié d'un fort mouvement de sympathie de la part de la population durant toutes leurs étapes : fortement applaudis durant leur défilé, aucune municipalité n'a manqué à l'appel lorsqu'il fallait les héberger lors de leurs étapes. Jusque l'université de la Monclóa qui les a hébergé à leur arrivée à Madrid. Ce soutien s'est vu lors de l'immense manifestation du 11 juillet : tous les salariés des secteurs victimes de coupes budgétaires se sont joints au défilé.

 

    Mais ce soutien reste symbolique. Le combat des mineurs n'a pas dépassé leur champ d'activité et leur région. Alors que l'Espagne est traversée par une multitude de grèves dans tous les secteurs, il n' y a pas eu de convergence des luttes. Un événement révélateur a lieu le 11 juillet. Pendant que le gouvernement Rajoy annonce les coupes budgétaires, des fonctionnaires se réunissent spontanément devant le siège du gouvernement régional madrilène alors que la manifestation des mineurs n'est pas terminée. Pourquoi ne pas avoir fait bloc ? Les mineurs n'ont par ailleurs pas su ou pas pu étendre leur conflit à d'autres régions ou d'autres secteurs. Les blocages sont restés cantonnés aux bassins miniers. Au début de la grève, 3 jours durant les chauffeurs routiers sont avec les mineurs mais le patronat n'est pas stupide, il a vite cédé face aux chauffeurs pour isoler les mineurs. Les salariés des activités utilisatrices du charbon surtout les centrales thermiques n'ont pas rejoint le mouvement. Si une centrale thermique a bien été bloquée par les mineurs, elle avait assez de réserve pour poursuivre sa production et il est symptomatique de constater que la part du charbon dans la production électrique espagnole n'a pas baissé durant cette grève.

 

    On peut expliquer cet isolement tout d'abord par l'importance qu'occupent dans certains milieux militants les questions d'ordre environnementales, pour autant bien réelles. Nous avons pu relever sur certains sites espagnols, des déclarations indiquant qu'il s'agissait là d'un combat d'un autre âge. Pour certains Espagnols, il n'était plus utile de sauver l'industrie du charbon, il faut passer à autre chose. Évidemment autant de déclarations de personnes ne vivant pas dans les bassins miniers. Tous les Espagnols subissent les effets des coupes budgétaires alors pourquoi les mineurs y échapperaient-ils ? Autant d'avis et de déclarations qui viennent de la propagande des médias de masse plus occupés à montrer la violence des méchants mineurs contre les gentils policiers protecteurs de l'ordre établi que de montrer la violence de la société capitaliste dans les bassins miniers qui provoque la désertification et la mort de ceux-ci. Le sentiment d'appartenance à une même classe a sans doute fait défaut et empêché des solidarités plus vastes de s'exprimer et donc la généralisation du conflit à tout le monde du travail. Fort logiquement État et syndicats ont joué sur cet isolement.

 

caricature.png

 


La chape syndicale


    Dans cette grève, les syndicats sont à la fois à l'origine de ce conflit mais aussi à l'origine de son arrêt. La quasi totalité des mineurs sont syndiqués principalement au SOMA-FITAG-UGT et dans les CCOO. Ces deux centrales sont à l'origine de la grève de 4 jours. En lisant le tract d'appel, leur revendication est claire : « non à la fermeture des mines de charbon ». C'est le slogan maintes fois répété dans ce tract de quatre pages. La trahison est là dès le départ. Ils annoncent cela alors qu'ils sont signataires avec la Carbunión du plan charbon qui prévoit très clairement la fermeture des mines de charbon. Cette grève pour les deux centrales syndicales est donc un moyen de pression politique sur le Parti Populaire de Rajoy. La première page du tract est très instructive à ce propos : « nous allons mettre en relief les véritables intentions du PP », « l'administration du PP fait preuve de démagogie » ou encore « sans l'action syndicale, le PP aurait fermé les mines depuis 1996 » date du premier plan charbon. Les mineurs ne devaient donc pas mettre beaucoup d'espoir dans les réelles idées de leurs organisations syndicales. On sent clairement que UGT et CCOO souhaitaient utiliser les mineurs, dont ils prévoyaient la détermination, pour tenter d'amplifier une lutte inter-catégorielles contre la politique de rigueur et les coupes budgétaires de Rajoy.


   Que dire de plus ? Les deux centrales syndicales ont donc parfaitement joué leur rôle de canalisateur du mouvement social avec la claire intention de ne pas perdre la main. En même temps que cette lutte, UGT et CCOO n'ont cessé de poursuivre les négociations avec la Carbunión proposant même à la mi-juillet un plan commun pour lisser les coupes budgétaires envoyant ainsi un signe d'accord sur celles-ci au gouvernement. UGT et CCOO n'ont cessé de réclamer la poursuite des négociations avec le gouvernement dans le cadre de la commission de suivi du plan charbon.


    On peut comprendre cet acharnement à sauver le plan charbon et en réclamer un nouveau quand on sait que certaines des aides, entre autre pour la formation, transitent par les syndicats. Cela va provoquer des tensions avec l'USO le syndicat minoritaire des Hullera Vasco-Leonesa accusant ses deux congénèrent de corruption. Par ailleurs, CCOO et UGT sont parties prenantes du process de production dans l'entreprise publique HUNOSA : en effet ils sont membres du Conseil d'Administration de cette entreprise, principal foyer de la grève, aux côtés des représentants du gouvernement.


    Les deux principales centrales, pourtant habituées à travailler ensemble dans tous les secteurs, n'ont pas fait preuve d'une entente parfaite. Tout d'abord chacun a aidé les puits où il est majoritaire. Lors de la marche noire, des mineurs faisaient remarquer que les deux syndicats n'avaient même pas réussi à s'entendre pour faire un tee-shirt commun ! A la fin de cette Marche noire, des tensions sur la stratégie sont apparues. Le 11 juillet, les CCOO voulaient rester camper à Madrid : refus de l'UGT. Dans les bassins miniers les coupures de routes étaient soutenus par les CCOO pendant que le 16 juillet dans un communiqué de presse l'UGT lance un appel à la « normalisation des actions ». Au sein de l'UGT le syndicat des mineurs SOMA a toujours été plus radical, d'où l'enjeu pour les CCOO dans le but peut-être de ravir quelques voix aux prochaines élections professionnelles de 2014 dans le secteur.

 

mineurs-cagoules.png

    Mais toutes ces querelles syndicales, qui ont occulté auprès du grand public le véritable mouvement, ont été rendues possibles grâce à leur véritable coup de maître stratégique : la Marche Noire. Par son côté spectaculaire elle a attiré les médias et le soutien de la population. Dans le même temps, cela sortait les mineurs de leurs bassins miniers pour un mode d'action très syndical. Cette marche offre aux syndicats une couverture médiatique importante car comment cacher que sans eux elle n'aurait logistiquement pas lieu. Formidable coup de com qui attire les lauriers à eux et cache un peu plus le cœur du mouvement dans les bassins.


    Enfin, le rôle des syndicats « anarchistes » CNT, CGT et SO a été plus que marginal malgré leur participation à la Marche noire. Ceux-ci sont restés à l'écart de ce conflit tout d'abord car ils sont globalement absents des sites miniers. Ensuite, une bonne partie de leur réflexion politique sur ce conflit a été centralisée sur la violence du rapport de force afin de mettre de côté leur point de vue écologique sur le charbon. Cependant leur analyse politique remettait parfois en avant la contradiction dans cette grève : en revendiquant le maintien des subventions étatiques et des mines, les grévistes revendiquaient le maintien de l'outil de leur exploitation, le capitalisme.

 

    La stratégie étatique

     

       L’État espagnol a agi simplement : il a attendu. Évidemment il a envoyé les forces anti émeutes dans les bassins miniers, évidemment les ministères madrilènes étaient fortifiés lors de la Marche noire mais pour le reste, Rajoy et Soria ont été droit dans leurs bottes. Un signe très clair de cela : la réponse à la Marche Noire a été l'annonce au Parlement de nouvelles coupes budgétaires. On peut expliquer un tel calme par deux faits.


        L’Espagne de 2012 n'est pas la Grande-Bretagne de 1984 et visiblement le gouvernement Rajoy n'a pas anticipé ou recherché ce conflit. Il devait bien se douter que les mineurs réagiraient à l'annonce de ces coupes car à chaque fin d'un plan charbon les mineurs faisaient grève. Mais le charbon n'est plus une industrie stratégique aux yeux de ce gouvernement.


        Surtout, les syndicats ont cadré le mouvement. Jamais ils n'ont voulu autre chose que des négociations et le gouvernement s'est même appuyé sur l'USO pour semer le trouble parmi eux en l'invitant à la table des négociations alors qu'il n'est pas représentatif dans le secteur.


        Au final, le gouvernement a gagné sur toute la ligne. Non seulement ses coupes sont passées mais il a peut-être affaibli durablement la détermination des mineurs et d'autres secteurs d'activités. Par ailleurs, pour 2013 il n'y a pour l'instant plus de plan charbon. On pourrait se dire qu'il n'y a donc plus de plan de fermeture des mines mais cela veut dire aussi que les aides accordées jusque là aux mineurs sont soumises aux aléas gouvernementaux annuels. Déjà pour 2013, Rajoy a annoncé qu'il ne finançait plus aucun départ en pré-retraite pour les mineurs.

     

     

    Les suites du conflit.

    bazooka.png


        On ne peut que regretter l'échec de cette grève. Véritablement mouvement impulsé par la base appuyé par toute une contrée qui a su inverser momentanément le rapport de force. Mais d'entrée de jeu, elle était fragile. Grè ve de survie lancée par les syndicats, il s'agissait encore une fois de se défendre et non de gagner de nouvelles choses.

    Que dire aussi de la situation financière des mineurs ? Les deux syndicats majoritaires UGT et CCOO ont aidé financièrement les mineurs en négociant auprès d'un organisme de crédit des prêts que les mineurs vont donc devoir rembourser ! Seule l'USO a versé une aide directe mais uniquement à ses adhérents.


        Le patronat a repris la main dans les mines. Ainsi, Vittorino Alonso a pu réprimer durement une longue grève de 63 jours dans les mines à ciel ouvert de la UMINSA : l'aurait-il pu sans le récent échec de la grève du printemps ? (voir encart 3). Pendant ce temps, la direction de la HUNOSA se lance dans des projets de capitalisme vert. A coup d'investissement démentiel, le groupe HUNOSA se lancerait dans la capture de CO2 pour créer le « charbon vert » ! Le capitalisme a donc repris la main mais l'Espagne reste un chaudron où grèves et manifestations se succèdent au rythme des plans de rigueur. Quant aux mineurs, ils n'ont toujours rien à perdre et pourraient se relancer dans un mouvement encore plus radical.5

     

     

     

    2Les chiffres qui suivent viennent des statistiques sur l'énergie de l'Université de Schaerbrook au Canada, du ministère de l'industrie espagnol et des syndicats UGT et CCOO.

    3Pozo = puits

    4Fin octobre, Alonso a annoncé la fermeture de ce puits, foyer traditionnel de grève.

    5Pour faire cet article, nous avons utilisé les sites internet des syndicats et entreprises sités, les sites gouvernementaux espagnols, le plan charbon, le Bolletin Oficial del Estado, les sites de journaux et agences de presse tant espagnol que régionaux. Enfin, l'ouvrage d'Henri SIMON To the bitter end. Grève des mineurs en Grande-Bretagne (Mars 1984-Mars 1985) publié chez Acratie en 1987 a fortement alimenté notre réflexion.1234

     

     

    Encadré 1. Syndicalisme et combat minier.

     

        Le principal syndicat de mineurs est le SOMA (Sindicato de los Obreros Mineros de Asturias) fondé en 1910 dans les Asturies, principales régions minières en Espagne. Il fait parti dès 1911 de la FITAG (Federación de Industria y Trabajadores Agrarios) du syndicat espagnol UGT (Unión General de Trabajadores). L'UGT est le deuxième syndicat espagnol selon les résultats des dernières élections professionnelles de 2011. Dès sa création en 1888, il a été proche du PSOE, le parti socialiste espagnol. Au sein de l'UGT, le SOMA a toujours été un trublion tant par ses pratiques internes horizontales que par la radicalité de ses actions.


     

        Selon ces mêmes élections, on trouve en premier syndicat les CCOO (Comisiones Obreras). Officiellement fondées en 1976, les premières commissions ouvrières étaient apparues clandestinement sous le franquisme dans les années 1960. Les CCOO sont proches du Parti communiste espagnol. Dans les mines, les CCOO sont le deuxième syndicat.

    Troisième syndicat espagnol, l'USO (Unión Sindical Obrera) fondée en 1961 est dans la tendance du socialisme chrétien. Plus grand syndicat de la fonction publique, on le trouve implanté dans une entreprise minière du León, Hullera Vasco-Leonesa.

    Du côté de l'anarchosyndicalisme, CNT (Confederación Nacional del Trabajo), CGT (Confederación General del Trabajo) et SO (Solidaridad Obrera) sont inexistants dans les mines.

     

        Les mines espagnoles ont toujours été un haut lieu de lutte des classes, en particulier celles d'Asturies. On ne compte plus les grèves générales dans les Asturies : septembre 1911, deux mois en 1917, une grève insurrectionnelle en 1934... Dans l'histoire du pays, la plus célèbre est celle de 1962 à la fois à propos des conditions de travail et en opposition politique au régime de Franco. Ces dernières années les grèves se sont multipliées pour la survie de l'industrie, toutes sur la base de deux fois deux jours de grève et des Marches mais aucune n'avait atteint l'ampleur de celle de 2012.

     

     

    Encadré 2. Industries minières en Espagne.

     

    L'exploitation du charbon en Espagne comporte à la fois des mines à ciel ouvert et des mines de fond. La principale entreprise minière des Asturies est la HUNOSA (Hulleras del Norte). Entreprise publique créée en 1967, elle compte en 2012 sept puits en cours d'exploitation, un lavoir à charbon et une centrale thermique. Son Conseil d'administration comporte des représentants de différents ministères (industrie, écologie, économie), de la province des Asturies et des syndicats UGT et CCOO.

    A côté de la HUNOSA, on trouve toute une série d'entreprises privées et tout d'abord la plus grande d'entre elle la UMINSA (Unión Minera del Norte). Elle est implantée dans les Asturies, le León et la province de Palence. La UMINSA est apparue en 1998 par la fusion de différentes entreprises appartenant à Vittorino Alonso. Depuis, elle n'a cessé d'acheter d'autres entreprises minières devenant ainsi la première en Espagne. Exploitant des mines à ciel ouvert, la UMINSA a été fortement critiquée pour ses dégâts environnementaux entre autres en 2011 par les Indignés. Elle devance la Coto Minero Cantábrico apparue en 2008 suite à la fusion de deux entreprises d'Asturies et León. Elle appartient aussi à Alonso qui est ainsi le principal entrepreneur des mines. Alonso est souvent apparu dans les chroniques judiciaires espagnoles pour des faits de corruption ou détournement de fonds. A côté de ces trois géants, on trouve aussi la Hullera Vasco-Leonesa et une dizaine d'autres entreprises de petites tailles.

    Toutes ces entreprises y compris la HUNOSA publique sont membres du syndicat patronal Carbunión. La Carbunión est présidée par Vittorino Alonso.

     

     

    Encadré 3 : la deuxième grève des mines cet été.

     

       Il y eut en Espagne une seconde grève des mineurs cet été. Elle n'a concerné que les mineurs à ciel ouvert de la UMINSA. Alonso a prévu une réorganisation des conditions et temps de travail de ses salariés provoquant une baisse mensuelle de la rémunération de 200 à 400 €. Les salariés se sont immédiatement mis en grève et elle dura 63 jours. Plusieurs particularités sont à noter : les syndicats ne sont pas à l'origine de ce conflit et n'y prirent presque pas part. Contrairement à la précédente, cette grève ne faisait pas l'unanimité chez les ouvriers de la UMINSA. Par ailleurs, très peu de soutien est venu des autres mineurs. On peut noter enfin que les ouvriers des mines à ciel ouvert ne font pas partie de la convention collective des mineurs, plus avantageuse, mais de celle des ouvriers du bâtiment. De fait la grève est restée une grève d'entreprise et Alonso put réprimer lourdement. Les membres des comités de grévistes ont été licenciés et au final Alonso n'a reculé sur rien annonçant le soir de la dernière négociation un plan de réduction de l'emploi ! Depuis, fin octobre, Alonso a annoncé réduire de 50% le nombre de salariés dans ses deux entreprises, Coto Minero Cantábrico et la UMINSA.

     

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by La Mouette Enragée - dans Solidarité internationale
    commenter cet article

    commentaires

    La Mouette Enragée

    • : La Mouette Enragée
    • La Mouette Enragée
    • : Ce blog est issu d'un groupe de militants originaires de Boulogne sur mer (62) qui se réclament du communisme libertaire. A l'origine, la Mouette Enragée est un journal local qui relaye les luttes politiques mais aussi propose des analyses sur des luttes sociales ou des problématiques locales. Avec ce blog, nous proposons de partager nos réflexions passées et présentes pour ainsi mieux envisager les perspectives de lutte efficace et organisée par la base, c'est à dire les travailleurs eux-mêmes
    • Contact

    Contacts

    La Mouette Enragée - BP 403 - 62206 Boulogne sur mer Cedex

    ou

    lamouette.enragee@wanadoo.fr

    Recherche

    Qui sommes nous ?

     

    Nous nous définissons comme Communistes-Anarchistes parce que:

     

    - Nous rejetons tous les systèmes économiques, toutes les institutions politiques, étatiques ou privées qui se fondent sur l'exploitation de l'homme par l'homme, sur l'autorité et la hiérarchie.

    - Nous avons toujours lutté, à la fois contre toutes les formes de Capitalisme d’État qui se dissimulaient ou se dissimulent encore sous les noms de Marxisme-Léninisme, Bolchevisme, Stalinisme, Etats-ouviers, etc... , et contre les Capitalismes Libéraux avec leur cortège de gaspillage et de consommation effrénés. Il s'agit pour nous, des deux faces de la même médaille.

    - Nous considérons que, partout dans le monde, les inégalités sociales, la loi du profit et du plus fort conduisent à une société de plus en plus déséquilibrée, polluée, inhumaine et sont directement responsables du racisme, du crétinisme passif, de la corruption financière et politique.

    - Nous sommes pour l'auto-organisation sur une base de classe , des travailleurs, des habitants, des consommateurs dans les formes qu'il leur convient de se donner, pourvu qu'elles ne reproduisent pas, comme les mafias politiques de Droite comme de Gauche ou les bureaucraties syndicales, les tares que nous dénonçons plus haut.

    - Nous sommes pour une Démocratie Directe qui correspondrait aux besoins authentiques des individus sans distinction de sexe ou de nationalité, et non plus au profit des marchands et des publicitaires, des bureaucrates et des notables.

    - Nous pensons que le capitalisme ne s’ effondrera pas de lui même et qu’une révolution sociale et mondiale demeure la condition indispensable de son dépassement.

    - Nous pensons que c’est au cœur même des luttes et des mouvements sociaux que s’élaborent les formes nouvelles de rapports sociaux et donc que c’est au sein de ces mouvements qu’il faut lutter.

    - Nous n'appelons donc personne à nous "suivre'' aveuglément, et ne recherchons aucun pouvoir pour nous mêmes, mais souhaitons œuvrer avec tous ceux et toutes celles qui veulent changer radicalement cette société en prenant dès aujourd'hui leur destinée en main.

    Fortunes de mer

     

    Clich- 2010-06-10 22-02-51

               Disponible, en vente

    (contactez directement la Mouette)